Home / Gazette maritime / Trains: La souffrance des Marocains et la réponse de Boulif

Trains: La souffrance des Marocains et la réponse de Boulif

Au lieu de trouver des solutions efficaces pour améliorer les services à bord des trains marocains et mettre fin à cette affreuse souffrances de centaines de milliers de voyageurs, les politiciens préfèrent tourner le dos aux vrais problèmes de l’ONCF et de parler de petits détails. Le dernier accident qui a fait plusieurs victimes mortelles aurait été l’occasion pour se pencher véritablement sur cet épineux dossier. La vraie question est de savoir si le Maroc a aujourd’hui besoin d’un TGV qui coûte une fortune, ou de renouveler ses anciens trains et ses rails qui datent de l’époque coloniale. Mais au lieu de discuter de ces problèmes de fonds, députés et ministre préfèrent aborder d’autres points de moindre importance. 

Lors de la séance tenue mardi 30 octobre à la chambre des Représentants, le secrétaire d’Etat chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif, dans le cadre d’une réponse au sujet de la situation des trains, a taclé quelques députés qui, selon lui, ont des voitures plus luxueuses que celles des ministres.

La réaction du PJDiste est due à la remarque de Mohamed Alami du groupe socialiste qui a dénoncé la souffrance des citoyens à cause des trains. «Vous n’êtes pas conscients de ce que les Marocains endurent dans les trains. Je parle en connaissance de cause. Plusieurs parlementaires prennent souvent le train, souffrent et sont toujours en retard. Je crois que les membres du gouvernement n’ont pas idée de ces ennuis parce qu’ils roulent tous à bord de voitures de luxe», avait-il affirmé, ce qui n’a pas été au goût de Boulif qui n’a pas raté l’occasion, quelques minutes après, pour réagir à cette critique.

Le secrétaire d’Etat lui a répondu du tac au tac: “Même si cela ne me regarde pas, peut-être que certains députés ont de meilleures voitures que les ministres…. figurez-vous que j’ai pris le train pendant 15 jours”.

Le tacle de Boulif a d’ailleurs provoqué un véritable désordre au sein de la chambre des Représentants, poussant le président de la séance Abdelilah Halouti à intervenir. Ils n’ont pas honte?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *