Home / Société / Taxe sur les boissons: Réaction de l’association des propriétaires de cafés

Taxe sur les boissons: Réaction de l’association des propriétaires de cafés

L’augmentation de la taxe sur les boissons et de celle du droit d’exploitation de l’espace public ont suscité l’ire de l’Association des propriétaires de cafés et de restaurants.

À Tanger, les frais d’exploitation de l’espace public ont été élevés jusqu’à 1.000 DH, une décision qui a été contestée par les opérateurs, puis revue à la baisse par le Conseil de la ville du détroit. Si ce dernier est revenu partiellement sur cette décision, il n’en reste pas moins que l’exploitation de l’espace public coûtera désormais plus cher que 50 DH aux propriétaires des cafés de Tanger. Selon Noureddine Harrak, président de l’APCR, plusieurs autres villes sont concernées par la hausse de cette taxe trimestrielle. Les professionnels des villes de Asilah, Ksar El Kebir et Larache ont été frappés par cette augmentation.

La spécificité de la taxe des boissons est qu’elle est prélevée sur le chiffre d’affaires. Pour Harrak, ce détail est très important car l’impact de cette taxe sur l’activité est encore plus «dévastateur». «Cela signifie que les 10% seront prélevés sur la base et non sur les gains. Elle aura un impact très négatif sur notre rendement», précise Harrak. De surcroît, le caractère unilatéral de cette décision a exaspéré, à distance les tensions entre le Conseil de la ville et l’Association nationale des propriétaires de cafés et de restaurants. Cette dernière s’estime lésée car les autorités ne l’ont pas impliquée dans la prise de cette décision

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *