Home / Actualité / Tanger: Quand la tempête dévoile l’absence du civisme!

Tanger: Quand la tempête dévoile l’absence du civisme!

Plusieurs citoyens ont critiqué l’état déplorable de la corniche de Tanger et de ses autres plages, complètement ravagées à cause du mauvais temps qui a frappé toute la région durant les derniers jours. La grande tempête a secoué plusieurs pays voisins, spécialement la côte espagnole. A Tanger, les dégâts ont été assez importants, notamment sur la corniche où les nouvelles installations ont été partiellement endommagées. Les grosses vagues dues aux vents très forts, qui ont dépassé les 90 km /h, ont finalement pris d’assaut les petits palmiers de la nouvelle métropole. Mais le pire c’était ces déchets que la mer a rejetés. Des déchets abandonnés en principe par les populations qui ne réservent aucun respect à la mère nature et à l’environnement.


Les critiques ont mis en évidence le fait que les autorités n’aient pas pensé à protéger ce nouveau projet contre les effets des intempéries. Quelque part c’est vrai, mais la protection des infrastructures nouvelles qui assurent à la ville sa nouvelle image revient aussi aux citoyens qui sont également responsables. Or, le manque de civisme est clairement visible dans ce genre de cas. Si personne ne peut affronter la nature quand elle se met en colère, l’idéal serait de faire de sorte qu’elle ne le soit pas. Comment? Pour le cas des plages de Tanger, de sa nouvelle corniche, de ses forêts et de ses autres richesses naturelles, il suffit de ne pas les polluer. Si les administrations responsables ont le devoir de bien penser un projet afin qu’il soit aménagé sans fautes, les citoyens ont de leur côté le devoir de le protéger et non pas de participer à sa destruction. Ce qui frappe aux yeux sur la corniche, après le passage de la dernière tempête, ce ne sont pas les tonnes de sable, et les eaux qui ont ravagé cet espace, mais plutôt ces tonnes d’ordures, bouteilles, sacs de plastique et autres déchets, produits par l’humain. C’est le résultat d’une négligence de la part des citoyens, qui rend difficile la mission des services de nettoyage et de ramassage des ordures.


L’absence de civisme à Tanger est en train de battre tous les records. Une bonne partie des populations de cette ville est complètement ignorante de l’importance de bien protéger la nature et l’environnement. Elle n’en a aucune idée. Elle n’a pas été éduquée dans ce sens. Certains citoyens mettent le feu en plein cœur de la forêt pour préparer un tajine. Perdicaris, l’unique parc bien aménagé de Tanger en souffre durant toute l’année en l’absence des agents des eaux et forêts et de cette police de l’environnement. Sur les plages, les gens déversent tous leurs déchets sans aucun respect et sans jamais penser aux conséquences très dangereuses que ces tonnes de bouteilles et de sacs de plastique représentent.


À cause de tous ces problèmes, l’idéal serait de communiquer davantage sur l’importance de bien protéger l’environnement, à l’école pour les jeunes, mais aussi en utilisant les médias, la télé, la radio et l’affichage. Le message doit passer directement. Les autorités responsables ont certes le devoir de prendre plus de mesures de protection, humaines et techniques, mais aussi d’inviter les citoyens à être plus vigilants. Mieux vaut utiliser ces panneaux d’affichage, qui font la pub de n’importe quel produit, pour éveiller les consciences des populations qui n’en ont pas. Il y a aussi ces associations environnementales dont l’objet de leur création doit être revu et corrigé. Organiser des forums et des rencontres juste pour justifier les subventions obtenues des autorités locales n’est plus valable. Justifier son rôle c’est aller vers les gens chaque jour, dans les quartiers où le sens du civisme n’existe plus et où il faut programmer des séances de « réanimation ».

Abdeslam Reddam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *