Home / Gazette maritime / Tanger-Algésiras par Hélicoptère: Promis pour juin, le projet est reporté jusqu’à septembre

Tanger-Algésiras par Hélicoptère: Promis pour juin, le projet est reporté jusqu’à septembre

Forte de son expérience, la société espagnole Helity avait promis il y a quelques mois de lancer début juin la ligne aérienne entre Tanger et Algésiras par hélicoptère. Désormais, la société parle d’un report jusqu’à septembre prochain.

La connexion aérienne entre les deux rives du Détroit est depuis un peu plus d’une année une réalité avec la société espagnole Helity. L’opérateur a réussi à connecter la ville de Sebta avec Algésiras et ce depuis 2017 avec plusieurs fréquences quotidiennes. Les tarifications pour la ligne Sebta-Algésiras s’étalent de 35 à 60 euros, un peu plus de la moitié pour les résidents espagnols dans le préside grâce à la subvention du prix du billet. Finalement, Helity réussira-t-il à faire la même chose avec Tanger? On verra en septembre prochain.

L’entreprise a annoncé depuis quelques mois son intention de mettre en place une telle connexion. Elle reliera de manière directe la capitale du Détroit et la ville portuaire d’Algésiras avec des fréquences quotidiennes par hélicoptère. Début mars, Helity a assuré avoir finalisé l’acquisition d’un nouvel appareil de type AW-139 pouvant transporter entre 12 et 15 passagers. Cela permettra à l’opérateur espagnol de disposer d’une flotte de deux appareils pour desservir Tanger mais aussi d’assurer un service continu surtout durant les arrêts techniques liés à la maintenance des appareils.

Helity qui dessert aussi la ville de Malaga a en projet de lancer dans la même foulée des connexions vers la ville de Melilia à partir de Malaga.

L’intérêt de la connexion aérienne est son caractère continu qui n’est pas affecté de manière aussi tranchée par les aléas climatiques. Ce type d’hélicoptères peut décoller et voler même à des rafales de vent dépassant les 80 km/h, alors que les ferrys assurant la connexion entre les deux rives du Détroit sont amarrés à quai dès que le vent dépasse les 60 km/h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *