Home / Actualité / Secteur associatif: Hasnae Azouagh: la « Mère Thérèse » au centre d’un grand scandale

Secteur associatif: Hasnae Azouagh: la « Mère Thérèse » au centre d’un grand scandale

Le nouveau scandale qui secoue le tissu associatif local a remis en doute la sincérité d’une bonne partie de ces associations à vouloir être véritablement au service des populations démunies ou encore aider au développement de certains autres secteurs à caractère social, éducatif ou sportif.

Cela fait plusieurs années que des anomalies sont observées ici et là dans la gestion financière de certaines associations qui sont soutenues soit par l’Etat à travers ses différents organismes et départements,  soit alors par des subventions directes de bailleurs de fonds. 

Le dernier scandale concerne aujourd’hui l’association « Cœurs Cléments ». On évoque des détournements de fonds et même des actions dont est accusée Hasnae Azouagh, une jeune infirmière de profession, qui a su rapidement gagner la confiance et le soutien d’une grande partie des populations locales en consacrant sa vie et son temps aux démunies,  aux pauvres et aux personnes SDF. H. A. a su magnifiquement utiliser les réseaux sociaux pour se fabriquer une image parfaite en devenant un peu la mère Thérèse de Tanger. Sauf que dans les coulisses et selon ce que racontent plusieurs anciens membres de cette association, la réalité serait tout à fait contraire à cette image de femme exemplaire. Ceux là même qui dressaient pour Hasnae Azouagh le meilleur profil, l’attaquent désormais en utilisant les plus durs commentaires sur fb, faisant d’elle un diable. Certaines personnes parlent même d’une supposée arrestation de cette femme et qu’elle serait traduite devant la justice. Que s’est-il donc passé et pourquoi ces dérives sont permises et possibles?  Dérives de gestion bien sûr. 

Il n’y a pas longtemps, des antennes de grandes associations à caractère international avaient organisé à Tanger des galas au profit de l’association « cœurs cléments ». Les dons obtenus par H.A. étaient très considérables. Ces opérations de soutien se sont répétées à plusieurs reprises, car tout le monde croyait légitime et normal de venir à l’aide de cette jeune femme exemplaire qui a réservé sa vie à l’aide des gens pauvres. 

En parallèle,  les critiques n’ont jamais cessé. D’abord,  tout le mode croyait que ces accusations signifiaient  une jalousie de la part des autres associations « concurrentes ». Par la suite, et après le départ de Hasnae Azouagh vers l’Espagne, suite à des problèmes avec son mari, qu’elle aurait abandonné, différents témoignages sur fb sont venus dévoiler une autre réalité.

La vie privée de la présidente de « cœurs cléments » ne concerne personne à part elle-même et sa propre famille. Ce qui mérite ici d’être mis en relief, ce sont plutôt toutes ces informations relatives à un possible « détournement » de fonds de cette association ou leur mauvaise utilisation, qui, rappelons-le, n’a toujours pas été justifiée par les départements responsables. La justice notamment.

La vraie question est de savoir pourquoi on est arrivés à ce stade? Là c’est bien l’absence de mécanismes de contrôle qui a provoqué cette situation. L’Etat, à travers ses représentations locales et régionales encourage la création des associations, tous secteurs confondus, encourage aussi leur soutien via des subventions émanant du contribuable ou de dons du secteur privé, mais sans presque jamais imposer un contrôle sévère concernant l’utilisation de cet argent. Une fois encaissé, cet argent appartient à l’association et par conséquence son président a le droit de l’utiliser sans grandes craintes d’être interrogé. Les exemples de ce laisser-aller sont très nombreux et ne représentent nullement un cas isolé. Seules quelques grandes associations qui obtiennent des fonds considérables de grands bailleurs de fonds sont contrôlées et présentent annuellement leurs rapports financiers qui sont souvent contrôlés par un audit. C’est le cas des équipes sportives par exemple. 

Ce contrôle se fait pour les grandes associations mais jamais pour les petites, et c’est cette situation qui est à l’origine de tous ces graves problèmes de mauvaise gestion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *