Home / Société / Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima: Première en matière d’incendies de forêts

Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima: Première en matière d’incendies de forêts

Le Haut-commissariat indique que la région qui a connu la plus grande superficie incendiée est celle du Rif (Chefchaouen, Tanger, Tétouan, Ouazzane, Larache) avec 63 départs de feu et une superficie parcourue de 236 ha, suivie par la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaërs (Rabat, Khémisset) avec 33 départs de feu et 62 ha parcourus par les feux.

Le nombre d’incendies de forêts enregistrés du 1er janvier au 31 août 2018, a diminué de 23% comparativement à la même période de l’année dernière, de 26% par rapport aux trois dernières années et de 30% par rapport à la moyenne des dix dernières années, a indiqué le Haut-commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte contre la Désertification (HCEFLCD).

Durant ces mêmes périodes, les superficies incendiées ont, également, diminué respectivement de 74%, 68% et de 82%, précise le HCEFLCD dans un communiqué sur la situation des incendies de forêts du 1er janvier au 31 août 2018, notant que 230 incendies ont été déclarés au niveau national touchant une superficie de 463 ha de formations forestières, dont 60% sont constituées essentiellement d’essences secondaires et de formations herbacées.

Aucun effort réel n’a été fourni pour protéger l’environnement local. La mairie, à part ses nombreuses rencontres relatives à ce domaine, n’a jamais réalisé de projets visant l’amélioration de l’état sinistre des différents Oueds et plages de la ville. Les zones vertes, notamment les forêts sont plus que jamais menacées de disparaître, à cause des incendies qui les ravagent et du béton qui les remplace, au moment où aucune véritable mesure n’est prise pour les protéger.

30.000 personnes visitent en moyenne le forêt de Rmilat durant les week-ends. Le nombre est assez grand pour que des mesures contre les incendies soient prises avant qu’il ne soit trop tard. Tanger a suffisamment perdu de zones forestières soit à cause des incendies, soit à cause d’un secteur immobilier qui devient monstrueux.

Durant juillet 2017, un incendie avait ravagé environ 230 ha du site forestier de Cap Spartel constitué essentiellement de pins et d’eucalyptus, dont 45% d’essences secondaires. La maîtrise du feu a nécessité une intervention de 5 jours avec la mobilisation de 730 éléments, de 5 avions « Canadaire » et « turbo trush » et des dizaines de camions-citernes. Aujourd’hui les eaux et forêts  auront besoin de 5 ans pour le reboisement et l’entretien de cette zone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *