Home / Tourisme / Réaménagement des aéroports: Abandon illogique d’Ibn Battouta

Réaménagement des aéroports: Abandon illogique d’Ibn Battouta

Le ministre du Tourisme, du Transport aérien, de l’Artisanat et de l’Economie sociale, Mohamed Sajid espère que le chantier d’extension et de réaménagement du Terminal 1, soit ouvert devant les passagers en juin prochain.
La modernisation de cette structure est de nature à fournir aux passagers des conditions d’accueil plus confortables et de meilleurs équipements, en plus de réduire le délai d’attente, dont se plaignent actuellement les voyageurs.
Le projet vise à doter la métropole d’une infrastructure aéroportuaire de qualité, dans le souci d’améliorer les prestations et d’accompagner l’évolution permanente du trafic aérien, avec 10 millions de voyageurs par an au niveau de Casablanca, a-t-il expliqué.
Le projet d’aménagement du T1 de l’aéroport Mohammed V a fait l’objet d’études approfondies pour en faire un projet à la hauteur de la capitale économique du royaume.
Parmi les grandes nouveautés de la rénovation du terminal, il y a lieu de citer la mise en place de 9 passerelles télescopiques, dont une pour la A380, 60 positions de contrôle de passeport, 17 portes d’embarquement et 5 trottoirs roulants pour les transferts entre les T1 et T2.
Ceci concerne Casablanca. En contrepartie il n’existe aucun projet visant un réaménagement profond et total de l’aéroport international Ibn Battouta de Tanger. C’est comme si la ville n’est pas le second pôle économique du Royaume et moins encore une cité touristique qui reste la plus proche des capitales européennes.
Décidément, de cet aéroport de Tanger personne ne veut s’occuper. La preuve, il n’a bénéficié d’aucun projet de rénovation dans le cadre du programme Tanger Métropole dont une importante partie du financement à été attribuée au réaménagement du port Tanger-ville.
Est ce que cette négligence veut dire que l’aéroport de Tanger n’a pas besoin d’être réaménagé, ou alors cet abandon s’explique par le fait de faire de l’aéroport de Casablanca  l’unique hub du transport aérien marocain?
L’idéal serait peut-être de privatiser cette infrastructure. On évoque déjà celle de l’ONCF. Donc ce qui marche pour les trains, peut bien l’être aussi pour les avions, non?

Abdeslam Reddam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *