Home / Gazette maritime / Problèmes au nouveau port de Safi: La DANPS et le cabinet CID superviseur du projet visitent le port Tanger-Med 2

Problèmes au nouveau port de Safi: La DANPS et le cabinet CID superviseur du projet visitent le port Tanger-Med 2

Les problèmes au nouveau port de Safi persistent. Plus de six mois après la découverte d’importantes fissures au niveau des fondations du quai à charbon et la décision de tout reconstruire, la reconstruction n’a toujours pas commencé.
Les équipes en sont encore à la phase de démontage du quai. En d’autres termes, elles récupèrent tous les blocs, qui ont été auparavant posés. Elles ont commencé par les blocs sains.
« Maintenant, elles attaquent la partie des blocs cassés et ce sera beaucoup plus long, car il faut sortir ces blocs morceau par morceau du fait que le système de levage ayant servi à la pose ne peut pas être utilisé », explique une source proche du dossier.
Les équipes du ministère semblent encore chercher les causes ayant provoqué ce sinistre. Le 27 février dernier, la Direction de l’Aménagement du Nouveau Port de Safi (DANPS) et le cabinet CID superviseur du projet, ont effectué une visite de chantier du quai Terminal à conteneurs 3 (TC3) du port de Tanger Med 2. Le lien entre le TC3 et le quai à charbon du port de Safi est le cabinet d’études  Tecton.
En effet, la même solution technique a été utilisée pour la conception des deux quais à une différence près, l’entreprise chargée de l’exécution des travaux est différente. À Safi, c’est le groupement maroco-turc SGTM/STFA et à Tanger Med c’est le groupement Somagec/ Bouygues /Bymaro.
D’ailleurs, ce n’est pas la première fois que le parallèle est fait entre les ouvrages. Telquel magazine a révélé précédemment que suite à l’incident survenu à Safi, la tutelle a ordonné un arrêt préventif au niveau du TC3 de Tanger Med et une expertise de la conception par Tanger Med Engineering (TME).  Depuis, les travaux ont repris à Tanger Med, assurent nos sources.
TME a également été sollicité comme expert dans le dossier de Safi. Leurs conclusions, tant attendues, permettront certainement de tirer au clair ce qui s’est passé au niveau du chantier en identifiant le problème et en définissant les responsabilités. Car à l’heure actuelle, aucun responsable n’a été désigné officiellement bien que Amara assure « qu’aucun surcoût provoqué par cette situation ne sera supporté par l’Etat ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *