Home / Société / Oussama Ouassini: «Dans l’avenir et à l’approche de l’année 2030 ce que nous voyons maintenant sera encore plus fréquent»

Oussama Ouassini: «Dans l’avenir et à l’approche de l’année 2030 ce que nous voyons maintenant sera encore plus fréquent»

Après ses chroniques, Oussama Ouassini aborde, dans cette interview, la problématique de l’immigration clandestine sous un nouvel angle. L’expert a une analyse qui mérite la lecture.

Quel est votre point de vue sur ce fait divers de l’immigration clandestine?

Tout d’abord, je n’apporterai aucune réponse d’un point de vue moral, éthique, social ou même politique.

Mon analyse se fera sous un angle purement économique. Comme nous l’avons soulevé lors de notre dernier entretien et rappelé dans certains autres articles publiés dans votre journal, l’ensemble des continents à l’exception de l’Afrique connaîtront une perte démographique d’au moins 30% d’ici 2030. Les pays les plus touchés en Europe de l’Ouest sont l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne, le Portugal, l’Angleterre et les pays scandinaves avec un taux de natalité de 1,3 sachant que pour juste renouveler sa population le taux devrait être de 2,1. Ils sont en Mode Suicide. 

Nous savons aussi que pour l’ensemble de ces pays, leurs modèles de Croissance Économique sont basés sur la consommation. 

Alors imaginez une perte de 30% de consommation et son impact sur la croissance, le gâteau de répartition de richesse se rétrécit donc encore plus qu’avant, c’est un Suicide Économique. Dans l’avenir et à l’approche de l’année 2030 ce que nous voyons maintenant sera encore plus fréquent.

Pourquoi faire appel à cette Main d’œuvre dans ces conditions alors que l’Europe peut utiliser la voie Légale?

Je rappelle que le seul moyen dont dispose les pays pour créer une croissance économique dans un environnement Néo ou Ultra Libéral est la diminution du coût du travail. Car dans un marché Néo ou Ultra Libéral, aucun pays n’est Souverain Économiquement, Budgétairement, Commercialement et même Monétairement. Ils ne disposent d’aucune politique sauf celle de la politique du Travail et c’est la seule variable économique sur laquelle ils peuvent jouer. Donc, il faudrait la baisser, la baisser jusqu’à la tendre vers ZÉRO. C’est pourquoi on fait appel au travail clandestin pour créer le dumping social: on augmente ainsi le Taux de Croissance Économique donc le « gâteau » et on remédie aussi à la perte démographique. Le Néo ou Ultra Libéralisme a tué l’économie.

Alors pourquoi lorsqu’il s’agit des demandes de main-d’œuvre hautement qualifiée (Docteur, Ingénieur, Cadre supérieur etc …), les pays européens opèrent d’une façon légale alors que pour la main-d’œuvre non qualifiée, c’est l’anarchie ?

Tout d’abord avant de répondre à votre question, j’ai l’intention d’apporter une lumière sur l’exode des têtes bien faites marocaines vers l’étranger. Nous avons lu dans d’autres journaux de vos collègues que plus de 1000 hauts cadres marocains quittent le pays tous les ans pour des propositions d’emploi plus alléchantes du point de vue financier, social, médical, environnemental, judiciaire et même éducatif.

Vous savez, d’après des données de la CEE, qu’un médecin ou un ingénieur revient à l’Etat pour le former à plus de 150.000 €. Donc pour 1000 expatriés cela fait 150 millions €. C’est-à-dire que nous faisons faire tous les ans aux pays européens une économie budgétaire de 150 millions €. En d’autres termes, le Maroc subventionne l’employabilité de ces futurs salariés européens en leur offrant une aide à l’emploi annuel de 1,5 milliard Dhs tiré des dépenses de l’Etat marocain. Sans oublier de rajouter que les pays de la CEE profiteront de la valeur ajoutée qu’ils créeront (croissance économique) et des recettes fiscales supplémentaires via les impôts directs et les impôts indirects.

On comprend pourquoi ces pays étalent le tapis rouge pour cette main-d’œuvre marocaine hautement qualifiée via une procédure administrative légale. Quant au besoin de main-d’œuvre non qualifiée, main-d’œuvre agricole par exemple comme c’est le cas pour le sud de l’Espagne, c’est un outil de dumping social. 

Malgré tout, nous disposons d’atouts majeurs face à ce dysfonctionnement démographique qui se traduit par des dysfonctionnements structurels donc économiques. Le Maroc peut et dispose d’un potentiel exponentiel et d’un avantage comparatif pour en tirer profit.

Lesquelles ou lequel ?

Vous savez très bien que ce genre d’information ne peut être public. Ce sont des outils de Guerre d’Intelligence Économique.

Je me permets par le biais de votre journal de dire que je suis à la disposition de qui de droit pour apporter ma contribution à la mise en place du nouveau modèle économique à partir de ces données stratégiques.

Pour autant, je me permets d’apporter un constat, un diagnostic rare pour ne pas dire jamais soulevé. 

Nous savons que l’âge à la retraite sera de 80 ans en Europe d’ici 2040 vu la situation financière des caisses de retraite et de la perte démographique, sachez qu’au Japon, on est déjà à ce seuil d’âge pour la retraite.

Nous savons qu’aux USA, un senior qui part à la retraite dispose en moyenne d’un capital retraite de 225.000$ alors que pour couvrir juste ses dépenses de santé jusqu’à sa mort, il a besoin en moyenne de 275.000$. Ils sont endettés de 50.000$ avant même de commencer de profiter de leur retraite et cela sans parler des besoins de consommation qu’ils soient alimentaires, d’habillement, d’habitation, loisirs etc… Vous savez qu’actuellement aux USA plus de 400.000 seniors âgés de 65 ans à 85 ans travaillent toujours pour subvenir à leurs besoins. C’est le meilleur taux d’employabilité du marché de l’emploi aux Etats-Unis. 

Autre point, s’agissant de « THE AMÉRICAIN FIRST » de Trump, on peut dire qu’il a réussi en apportant un Taux de Croissance pour ce 2ème semestre de 4% et ce en appliquant une approche libérale c’est-à-dire un marché libre tout en diminuant les impôts des ménages et des sociétés en interne et le protectionnisme du marché américain aux frontières via les droits de douanes. Il est entré en Guerre Économique contre l’ensemble de ses partenaires. 

Et ce en appliquant pour ce faire, un des 2 moyens: 

• Soit en avançant plus vite que les autres 

• Soit en faisant tomber les autres, par exemple l’Argentine, la Turquie et le Brésil en cours pour la 1ère phase et peut-être la CEE en 2ème phase via l’Italie (350 milliards € de Dettes  soit presque 25% du PIB Italien) si la BCE ne finance pas la dette publique du nouveau gouvernement.

Jusqu’à présent, on sait que la croissance mondiale a été portée par les pays émergents c’est à dire le BRICS. Cette croissance est en train de s’estomper via le manque de capitaux financiers car ces capitaux ont été déroutés vers les USA vu qu’ils disposent actuellement d’un taux de croissance de 4%, loin devant ceux du BRICS et de la CEE. Et ceci aussi pour remédier aux manques de recettes fiscales dus à l’allègement des impôts des ménages et des entreprises américaines et surtout du fait que la FED n’utilise presque plus la planche à billets depuis l’élection de Trump.

Voici un topo de la situation économique à moyen terme.

Je me répète, nous disposons ici d’un gisement et d’un effet de levier exponentiel pour notre STRATÉGIE ÉCONOMIQUE et cela est faisable seulement en 15 ans.

Mais pour cela il faut totalement changer le « mindset » de la gouvernance politique, économique et industrielle de notre pays.

Il faut avoir de l’ambition pour ce pays.

Il faut le penser comme un Acteur Stratégique permanent de ce monde.

Une matrice de passage entre plusieurs mondes, être à l’intersection des flux.

Le temps long de l’histoire corrige tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *