Home / Actualité / Mohamed Najib Boulif, futur maire de Tanger… Fake-news ou véritable intention du PJD?

Mohamed Najib Boulif, futur maire de Tanger… Fake-news ou véritable intention du PJD?

Depuis quelques jours, plusieurs sources stipulent que le PJD de Tanger est déjà en train de préparer les prochaines élections communales de 2021. Ce n’est pas une surprise, sachant le dynamisme qui a toujours caractérisé ce parti, spécialement dans les villes du Nord.

Ces mêmes sources ‘affirment’ cependant que les membres du PJD sont non seulement en train de préparer les électeurs pour s’assurer un vote massif lors de ces prochaines élections, à l’instar de ce qui s’est passé durant le dernier rendez-vous électoral, mais vont au-delà de cette étape pour que la présidence de la mairie soit à 100% dans leurs mains. Et cerise sur le gâteau, ils auraient déjà prévu que le futur maire de Tanger qui va remplacer Mohamed Bachir Abdellaoui, sera l’actuel secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Equipement, du Transport, de la Logistique et de l’Eau, chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif.

Fake-news ou véritable intention du PJD, cette information qui circule très fortement à Tanger mérite la réflexion. Tout d’abord, trouver déjà un remplaçant à Bachir Abdellaoui est une reconnaissance que ce dernier et son équipe ont échoué dans leur mission. Et il est vrai que l’échec est très grand, même s’il a été quelque part ‘provoqué’ par un concours de circonstances notamment financières très difficiles à maîtriser.

Sachant que c’est le parti qui est directement visé par cet étranglement budgétaire, la question que tous les observateurs se posent aujourd’hui est relative aux résultats escomptés par le futur bureau communal dans le cas où il sera géré une nouvelle fois par le PJD. Pour la majorité des experts, les résultats seront les mêmes et c’est la ville qui en paiera les frais. Avec Najib Boulif ou un autre, il est fort possible que ces mêmes problèmes de gestion des affaires de la nouvelle métropole persistent et même se multiplient. Et bien que Najib Boulif soit politiquement mieux expérimenté que son ‘frère’ Bachir Abdellaoui, cela ne changera pas grand-chose en matière de résultats.

Pis encore, le secrétaire d’Etat chargé du Transport a été au centre de très dures critiques lors de la phase ‘retour’ de l’opération Marhaba 2018. Au port Tanger Med, cette opération a été très mal gérée causant beaucoup de dommages chez les MRE. L’ancien ministre délégué a aussi eu ses hauts et ses bas avec les professionnels du transport TIR qu’il n’a pas su véritablement défendre à plusieurs occasions. D’où l’interrogation sur sa capacité de pouvoir gérer une ville comme Tanger, s’il arrive en 2021 à en devenir le maire.

Mohamed Najib Boulif est né à Tanger en 1964. Il est titulaire d’une maîtrise en gestion des entreprises et d’une autre en économétrie de l’Université de Dijon (France). Lauréat de l’Institut français de pétrole, spécialisé en économie de l’énergie (1986), il a obtenu un doctorat national, dans la même spécialité de l’Université de Paris II (1989) et un PhD de l’Université de Fès en 1996.

Najib Boulif est aussi un auteur prolifique qui compte à son actif des dizaines d’articles et de nombreux ouvrages, dont “Le Monde arabe: entre le défi de la mondialisation et l’obligation du développement humain” (2003), “ Une vision économique de la troisième guerre du Golfe” (2003) et « Les alternatives participatives au micro-crédit ».

Abdeslam Reddam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *