Home / Culture / L’Institut Cervantes de Tanger: Programme de Décembre

L’Institut Cervantes de Tanger: Programme de Décembre

Conférence le 5 décembre à la bibliothèque Juan Goytisolo
“La escritura de la arena » est un hommage aux lettres manuscrites et à la beauté du trait sur le papier et les murs. Les personnages tout au long de ses pages, écrivent sur les serviettes des cafés, et avec ce geste, éveillent une histoire cachée. Ce roman, d’un complot complexe, a lieu en deux parties et dans deux pays. Il-y-a un présent contemporain au lecteur, fait de manuscrits réfractaires à leurs dessins. Des anciens conjurés ont décidé de maintenir cette histoire hors des cartes et de tout type de registre. Un deuxième temps s’écoule durant les années quarante, et grâce à l’écriture sur serviettes, converge à l’actualité des personnages. «La escritura de la arena» unit deux extrémités. L’extrémité occidentale, la fin du monde connue, qui fut le Maroc jusqu’à la découverte de l’Amérique avec l’extrémité australe qu’est l’Argentine. Le complot s’écoule dans des villes comme Tanger, Tétouan, Marrakech, Buenos Aires et la Cordoue argentine. SebastiánMaggio et Shahira incarnent le symbole de la sensualité qui se produit à la rencontre des deux cultures.
Avec Santiago De Luca, écrivaine, Randa Jebrouni, professeur et chercheur & Cynthia Mulville, Consule de Al’rgentine.
Quién mueve los hilos? Paisajes de Marisa Amor
Le 13 décembre Colegio Español Ramón y Cajal à 17H00
Paisajes, est une pièce de danse image et son, inspirée et créée par et pour les enfants et les filles. Et quelqu’un a répondu :-Uhmmm… Paisajes ne raconte pas une histoire, même si chaque petit paysage parait nous raconter quelque chose. Peut-être…uhmm… découvrir dans un voyage à petite vitesse et s’arrêter à voir, écouter, à toucher et sentir…à expérimenter.
Paisajes est … un cercle, un arbre et une ville…uhmm…, une cloche, une petite maison, un cochon et une petite crotte   de brebis, un vélo, quelque chose de noir, quatre amis, quelque chose de blanc, de droite et de l’inverse, regarder le soleil et qu’il pleuve…uhmm…je pense que c’était beaucoup plus de choses…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *