Home / Culture / Librairie / Galerie les insolites: Programme du mois de novembre 2018

Librairie / Galerie les insolites: Programme du mois de novembre 2018

Rencontre / dédicace

Vendredi 2 novembre 2018 à 19.00: GUILLAUME DE SARDES

Guillaume de Sardes est écrivain-photographe, vidéaste et commissaire d’exposition. Ses romans ont été plusieurs fois distingués, notamment par le Prix François Mauriac de l’Académie française. Son travail artistique, qui porte sur l’intime, l’errance et la nuit, est régulièrement exposé en France et à l’étranger, aussi bien dans des galeries d’art (galerie Alain Gutharc, galerie 24b, galerie Myriam Bouagal, galerie ANALIX FOREVER), des institutions culturelles (Maison européenne de la photographie à Paris, Maison de la culture du Japon à Paris, TULLA à Tirana, IFL à Beyrouth, etc.) que des festivals (Nuits photographiques de Pierrevert, ON-OFF festival de La Havane).En tant que commissaire d’exposition, il a mené des projets liés à la photographie et à la vidéo d’art avec l’Université de Harvard, Le Fresnoy, la HEAD de Genève, les Beaux-Arts de Paris, le Musée d’art moderne de la ville de Paris, le Centre d’art contemporain de Genève, ARTE video night, le MuCEM, le FRAC PACA, la Friche la Belle de Mai, le Musée YSL de Marrakech). Spécialiste de l’espace méditerranéen, il a dirigé durant quatre éditions la programmation du festival Photomed en France et au Liban. Rédacteur en chef du magazine d’art contemporain Prussian Blue et directeur de la publication d’Art critique et des Carnets du luxe, il est l’invité de la librairie les insolites pour parler de son dernier livre qui se situe à Tanger, Genet à Tanger publié aux éditions Hermann.

 

Rencontre / dédicace

Samedi 10 novembre 2018 à 19.00: SEBASTIEN BERLENDIS

Sébastien Berlendis vit à Lyon où il enseigne la philosophie en lycée. Passionné de cinéma et de photographie, celle-ci a été l’objet de ses premiers travaux, exposés depuis 2008 en France et en Europe. L’art photographique l’amène progressivement à l’écriture. D’abord des courts textes accompagnant ses images jusqu’à parvenir à un premier livre en  2013, Une dernière fois la nuit, un texte composé de fragments qui met en scène un corps à bout de souffle. Un deuxième roman, L’Autre pays, voit le jour en 2014, et convoque le souvenir d’un voyage amoureux en Italie. Un troisième roman, Maures, sort en  septembre 2016 et plonge le lecteur dans les fulgurances de l’adolescence au cœur d’une pinède au bord de la mer. Le quatrième livre (2018) est comme son titre l’indique, Revenir à Palerme, l’histoire d’un retour, celui d’un homme, le temps d’un été, dans une ville à la beauté cassée.

Quête des origines, l’Italie, l’adolescence, l’omniprésence de l’été, la question du désir, l’entremêlement des temps irriguent chacun des textes. Très attentif à la musicalité de sa prose, Sébastien Berlendis aime à décrire son écriture comme suggestive et impressionniste. Depuis l’été 2012, il entretient par ailleurs une correspondance littéraire et amicale avec l’écrivain Claudio Magris.

Il est l’invité de la librairie les insolites pour parler de son écriture et de son tropisme du Sud. 

 

Exposition/photographie

Vernissage le samedi 17 novembre 2018 à 19.00: LOST IN MOROCCO

Hakim Benchekroun est photographe et vidéaste. Son terrain de chasse visuel est ce qu’il appelle «les territoires en transition». Ses explorations l' ont amené à avoir une connaissance intime du paysage architectural marocain. Son travail a été exposé à l’occasion de l’inscription de la ville de Rabat au patrimoine mondial de l’Unesco, ainsi qu’au sein de l’exposition «Le Maroc Contemporain» à l’Institut du Monde Arabe à Paris. 

Il est lauréat de l’édition 2017 des Nuits Photographiques d’Essaouira. Il a participé au OFF photographique d’Essaouira en 2018. Il présente pour la première fois son travail à Tanger. Lost in Morocco est un projet qui a pour ambition d’explorer le Maroc à la recherche d’architectures oubliées. «Un travail qui m’a conduit à inventorier et représenter ces espaces dont la vacuité détone avec l’image fantasmée du territoire. C’est un regard porté sur l’architecture en état d’obsolescence, permettant d’en imaginer la conception, d’en exalter l’existence, avant de s’abandonner à sa sépulture.»

A l’occasion de cette exposition, les insolites inaugurera son espace «atelier» dévoué en totalité au fond photographique de la galerie.

Librairie | Galerie les insolites

28, rue Khalid Ibn Oualid

90000 Tanger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *