Home / Economie / L’entretien de Oussama Ouassini: « Bien Lire et Comprendre » la Loi de Finances 2019

L’entretien de Oussama Ouassini: « Bien Lire et Comprendre » la Loi de Finances 2019

Outre les chiffres et les statistiques présentés chaque année par la LDF, le plus important ce sont les conséquences  de cette loi sur le développement économique et social. Dans cet entretien spécial LDF 2019, Oussama Ouassini en fait un décryptage.

Le gouvernement est en train d’élaborer la loi de finances 2019, avez-vous  quelques choses à dire?

Vous savez la loi de finances n’est qu’un outil d’une STRATEGIE pour créer de la Croissance et ce n’est surtout pas un outil de gestion du Déficit (une pensée à l’ancien Ministre des finances limogé). Ceci étant dit, je vous annonce d’emblée que la Dette Publique est LÉGITIME.

Pourquoi ?

Elle est légitime parce que le secteur public, c’est-à-dire l’Etat et les Collectivités territoriales et locales, produisent aussi de la Richesse et de la Richesse Monétaire. Un fonctionnaire contribue au PIB. Donc de ce fait, les administrations publiques sont aussi fondées que le privé. La Dette en soit n’est pas mauvaise. La Bonne Dette crée de la Richesse.

Via ce préambule ce que je veux, c’est relégitimiser l’idée que le public, au même titre que le privé, a le droit de s’endetter. La Dette est ce qui permet de lancer l’activité, c’est un pari sur l’avenir.

Mais on nous ressasse sans cesse que le Déficit public doit être maîtrisé et que le Déficit ne doit pas dépasser un certain taux (3 à 5%) du PIB?

Un point important, on nous accable depuis 2008, depuis la Crise financière bancaire, d’un discours dominant, y compris chez la majorité des économistes (surtout les Néolibéraux), ceux qui sont derrière la cause de cette crise et la conséquence du creusement de la Dette publique. Ces mêmes économistes Néolibéraux prennent sous prétexte de l’augmentation du déficit que la récréation est terminée, PLUS DE DETTE.

Après avoir réalisé un Hold-up financier, ils font un Hold-up intellectuel.

Il faut savoir que le gros du problème que nous avons aujourd’hui n’est pas la Dette publique mais la Dette privée. La Dette brute privée représente 200% du PIB.

La pensée dominante était que pour faire de la croissance on doit recourir à plus de Dette, surtout lorsque celle-ci était presque gratuite (Taux d’intérêt proche de 0%). Mais la crise a fait que l’Etat ait intervenu pour remédier et éviter l’effondrement du système, donc de l’Economie via la Politique Monétaire et Budgétaire drastique.

Donc si j’ai bien compris, l’Etat a racheté la Dette privée?

L’Etat a racheté partiellement une partie de la Dette privée. Mais la VRAIE raison du creusement de la Dette publique est le défaut de Recettes c’est-à-dire la baisse du PIB (Revenu). Si le PIB baisse, il y a moins de Recettes fiscales et donc le Déficit augmente même si les Dépenses fiscales restent constantes. C’est la raison première de l’augmentation de la Dette publique.

La Politique de Relance drastique par la maîtrise du déficit vient en deuxième ressort.

Un autre point important doit être aussi clarifier. Lorsqu’on dit que la Dette publique représente 80 à 100% du PIB cela n’est pas faux, mais cela ne veut pas dire grand chose. 

Expliquer?

Parce qu’on fait en rapport un stock de dette avec un flux annuel de Revenus (Richesse) et cela n’a pas de SENS. 

Prenant un exemple: Un foyer qui s’endette de 1 million de Dhs pour acquérir une habitation alors que son revenu annuel est de 200.000 Dhs, son Taux d’endettement est de 500%, mais cela n’est pas un problème vu que la dette est étalée sur 20 ans. Ceci deviendra problématique si le revenu baisse excessivement.

Alors si la dette publique n’est pas en soi un problème, pourquoi on insiste viscéralement sur la maîtrise du déficit public?

C’est un point très important. Il faut en fait distinguer 2 types de Dettes publiques. C’est ce qu’on appelle les déficits et la dette libérale. Ces 2 dettes existent depuis plus de 20 ans. Donc la VRAIE raison de l’explosion de la Dette publique n’est pas le fait qu’on a trop dépensé. Les dépenses publiques sont restées presque stables pour ne pas dire qu’elles ont un peu baissé, et ceci grâce à la stabilité budgétaire due à la politique budgétaire drastique depuis 20 ans. Donc, la VRAIE raison du creusement de la dette, c’est le défaut de recettes fiscales. En mettant en place une politique d’austérité (Salaire et Budgétaire) on a étouffé la Croissance. Résultats des courses, moins de Recettes dans les Caisses de l’Etat et donc des déficits qui se sont creusés à défaut de Recettes parce qu’il a eu moins de Croissance. 

Et puis l’autre raison du défaut de Recettes, ce sont ces énormes cadeaux fiscaux aux riches (Subventions, Niches fiscales et Exonération d’impôt comme par exemple les droits d’enregistrement pour le cas de SAHAM).

Si la Dette publique a explosé ce n’est pas parce qu’il y a eu des relances budgétaires, chaque citoyen le sait et le ressent. La tonalité dominante n’est pas que chaque année le Ministre des Finances se présente au parlement pour nous dire: 

Mes cher(e)s M’Dawekhs, votre gouvernement est heureux de vous annoncer que nous allons embaucher des fonctionnaires pour relancer l’économie. 

L’austérité budgétaire a plombé l’activité et donc la Croissance et les Recettes fiscales.

Qu’est ce que vous attendez de la Loi de Finances 2019?

Ce que j’espère à travers cette loi, vu le taux de chômage, que le gouvernement mette en place un plan de relance par les salaires (augmentation selon le secteur d’activité) mais aussi par les Dépenses publiques. Il faut accepter de creuser momentanément le déficit public, cela permet de déclencher un effet de cagnotte fiscale.

J’invite le gouvernement à méditer sur le cas de la Grèce. Le gouvernement Grec applique des cures d’austérité budgétaire libérales d’une brutalité inouïe depuis 10 ans. Résultat: malgré ses coupures drastiquement dans les dépenses publique, il n’a pas réussi à réduire ses déficits.

Pourquoi?

Parce que ce qu’il a gagné en terme de baisse de dépense, il l’a perdu en terme de baisse de recettes. Le PIB Grec a chuté de plus 30%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *