Home / Economie / Kamal Mazari raconte… La fulgurante ascension d’une région exceptionnelle

Kamal Mazari raconte… La fulgurante ascension d’une région exceptionnelle

La région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma constitue un véritable cas d’école en termes d’émergence industrielle. Portée par son chef-lieu Tanger, elle s’est hissée en 18 ans dans le top 3 des régions contribuant le plus au PIB du pays. Historiquement, le Dahir de 1963 a été «un levier pour bon nombre d’investissements dans la région. Toute l’histoire industrielle de Tanger tourne donc autour de ce texte et du statut fiscal spécial qui a été accordé à la ville pendant de nombreuses années», rappelle Kamal Mazari, président de CGEM Tanger-Tétouan-Al Hoceïma.  Mais, le tournant décisif interviendra 36 ans après, soit en 1999. «L’élément précurseur est la mise en place de la zone franche de Tanger et ensuite, et surtout, du port Tanger Med, véritable locomotive de développement régional», relate Mazari. Ces deux projets stratégiques ont permis à la région de prendre son envol industriel.
Aujourd’hui, elle dispose des plus grandes plateformes industrielles du pays regroupées en une seule entité: Tanger Med Zones (TMZ). Celle-ci a pour mission l’aménagement et le développement de la plateforme industrielle de Tanger-Med qui regroupe les zones d’activités Tanger Free Zone, Tanger Automotive City, Renault Tanger Med, Tétouan Park et Tétouan Shore. TMZ concentre actuellement plus de 750 entreprises orientées export pour un chiffre d’affaires de 5,5 milliards d’euros en 2017, selon l’Agence spéciale Tanger Méditerranée (TMSA), en charge de l’aménagement et du développement de la grande plateforme industrielle. Cette dernière propose 50 millions de m2 de réserve foncière dans un rayon de 80 km du port et emploie plus de 65.000 personnes. Considérée comme première zone franche en Afrique et en Méditerranée et première zone franche portuaire nationale, TMZ est classée 6e mondiale en termes de potentiel et d’attractivité, selon «FDI Magazine», rappelle Mazari. Un positionnement qui lui a valu un afflux d’investisseurs sans précédent. Des investissements orientés essentiellement vers les métiers mondiaux du Maroc: l’automobile, le textile, le paramédical, l’agroalimentaire, l’électronique, l’aéronautique et la logistique.
Cette attractivité régionale tient en «un positionnement stratégique à l’intersection des flux maritimes majeurs et à proximité des marchés cibles et en un ensemble intégré composé d’une offre infrastructurelle de premier plan et d’une réserve foncière importante», selon TMSA. La gouvernance des différents pôles d’activités a été bien pensée grâce à une gestion intégrée des différentes zones d’activités par un opérateur unique. De même, la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma dispose d’un tissu industriel solidement implanté qui a bénéficié ces dernières années «d’une amélioration de la qualité des services administratifs, d’infrastructures routières et de zones industrielles», précise Mazari. Dans le détail, le tissu industriel de la région est fort de 901 entreprises employant près de 112.200 personnes et assurant plus de 10% de la production industrielle nationale et près du quart des exportations industrielles du pays. À ce titre, la région pointe en deuxième position juste après Casablanca-Settat.
Le PIB de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma a dépassé 98 milliards de dirhams en 2015, selon les derniers chiffres du Haut Commissariat au plan (HCP), en hausse de 7,9% par rapport à 2014. Sa contribution à la création du PIB s’élève ainsi à 10,1%, faisant d’elle la 3e région la plus importante après Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra qui ont créé près de la moitié de la richesse nationale. De même, la contribution de la région à la croissance du PIB national a été de 0,8 point, soit le 2e plus haut niveau après Casablanca-Settat (2,2 points). Le PIB par habitant, quant à lui, a représenté 27.669 DH en 2015, alors qu’il était de 25.613 une année auparavant. Résultat : les dépenses de consommation finale des ménages ont totalisé 66,02 milliards de dirhams contre 62,8 en 2014, soit une contribution de 11,7% au niveau national, pour des dépenses de 18.384 dirhams par habitant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *