Home / Economie / Industrie, formation professionnelle et performance: Tanger se redresse pour mieux accélérer

Industrie, formation professionnelle et performance: Tanger se redresse pour mieux accélérer

Le 19 décembre, le Cercle des Patriotes, Al Mountada,  a organisé un important événement autour de deux tables rondes tenues au Royal Tulip City Center de Tanger.

Réunissant des représentants de la région de Tanger, ainsi le gotha de son industrie, cette rencontre a pour objectif de dresser un bilan de la situation de la région de Tanger, pour ce qui est de l’attractivité des investissements, des métiers mondiaux, de la performance des secteurs clefs et des emplois créés . La deuxième table ronde, basée sur le concept du marketing territorial, s’ancrera sur l’histoire et l’identité de Tanger, et dressera les traits du développement futur de la région, un développement axé sur une croissance plus inclusive et plus harmonieuse.

A rappeler qu’un nouveau binôme assure désormais la présidence de la CGEM Nord pour un mandat de 3 ans. L’assemblée générale élective de la CGEM-Nord, qui a eu lieu le 6 décembre 2018, a été en effet l’occasion pour la majorité des membres de signer l’acte de confiance en votant pour le binôme formé par Adil Rais et Chaabia Balbzioui Alaoui. Un binôme qui est synonyme de la mise en œuvre d’un programme riche et ambitieux et surtout très différent.

Le nouveau projet de la CGEM Nord repose sur une ambition synonyme d’action et d’ouverture à travers une approche participative et inclusive. Un projet ambitieux qui met les entrepreneurs membres au cœur de la décision et qui œuvre pour le développement de leurs entreprises. Impliqués de longue date dans des actions et des activités d’intérêt général, Adil Rais et Chaabia Balbzioui Alaoui s’engagent ainsi à défendre les intérêts des entreprises de la région. Pour les deux responsables «la CGEM Nord se doit de prendre le virage de la nouvelle économie, celle qui mise sur la solidarité, l’équité, le dynamisme et l’innovation pour la performance».

Le binôme promet de faire de la CGEM Nord une plateforme interactive incontournable pour la croissance de ses entreprises et ce à travers la réalisation de plusieurs objectifs et actions visant à donner à la CGEM Nord la place qui lui correspond au sein de la Confédération mère et militer pour une réforme conforme aux objectifs de la régionalisation avancée. Le nouveau binôme compte élaborer et défendre une nouvelle vision de développement régional plus équilibré et inclusif, travailler à la simplification des procédures d’investissement et à l’amélioration du climat des affaires, contribuer à la mise en place d’une réforme de la formation professionnelle adaptée aux besoins des entreprises. Autres objectifs importants de ce binôme, la création d’antennes de la CGEM dans les autres villes de la région et agir pour une fiscalité locale plus génératrice d’emplois et encourageant les investissements.

Sur un autre registre, des institutions publiques et privées de la formation professionnelle de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima et des acteurs économiques ont signé, mardi à Tanger, une convention marquant leur volonté de travailler ensemble pour une meilleure adéquation des compétences offertes aux besoins du marché local de l’emploi.

La convention vise la constitution d’un groupe de travail régional, sous l’égide de la wilaya de la région, qui regroupera l’ensemble des acteurs économiques, de la formation professionnelle et de l’emploi privés et publics et ce, pour la mise en place d’un modèle de gouvernance régionale axé sur le marché de l’emploi.

Étalée sur une durée de 20 mois (jusqu’à août 2020), “cette démarche est innovante, car nous cherchons à mettre en place un cadre attractif et accessible à toutes les catégories sociales de la région pour répondre aux besoins du marché du travail” , a expliqué à  Amine El Harti, chef de la division Promotion et Coopération au sein du Centre régional d’investissement.

Unissant les acteurs de la formation et de l’emploi dans la région, notamment l’ANAPEC, l’OFPPT, la CGEM, la DRFP, l’AREF, l’Université Abdelmalek Essaadi, et l’APDN, la convention a été signée lors du séminaire international tenu sous le thème: “Innovation sociale dans la Formation professionnelle” initié par le projet Kafaat Liljamia, financé par l’Union européenne et mis en oeuvre par le British Council et l’Agence espagnole de Coopération internationale (AECID).

Ce séminaire d’une journée vise à “casser les barrières entre les institutions de la formation professionnelle, pour qu’elles collaborent mieux et qu’elles partagent plus d’informations au bénéfice de l’emploi et de la formation”, a indiqué Stéphan Veran, responsable du projet Kafaat Liljamia. Le projet Kafaat Liljamia a mobilisé une enveloppe de 2,4 millions d’euros sur trois ans (2017-2020). Il touche deux régions pilotes, Tanger Tétouan Al Hoceima et l’Oriental.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *