Home / Actualité / Élus communaux: Le très mauvais sort de Tanger

Élus communaux: Le très mauvais sort de Tanger

On s’est toujours demandé quelles sont les vraies raisons qui sont à l’origine du niveau dégradé du rendement des élus des communes de Tanger et de sa mairie. On s’est aussi dit que ce sont surtout ces problèmes financiers et cette crise des dettes à rembourser comptant plusieurs millions de DH qui bloquent le déroulement sain de la gestion communale dans cette ville qui avance à deux vitesses ou même trois. On s’est trompés. Enfin presque.

Finalement la vraie raison de ce sous développement n’est autre que ce niveau très bas de ces propres élus devenus incompatibles avec ce qui est tracé comme programmes et projets visant la modernisation de la métropole. 

Les événements qui ont eu lieu lundi dernier, lors de la dernière session de la mairie de Tanger sont venus attestés de ce niveau intellectuel et civique très bas de la majorité absolue des élus Tangérois. Mais aussi de l’équipe qui les gère. Mohamed Bachir Abdellaoui et son homme de confiance paraissent de plus en plus incapables de pouvoir continuer à gérer les affaires de cette ville. Lundi dernier, ils ont signé leur déclaration d’échec. De faillite. Une faillite qui risque de provoquer celle de toute la ville. 

Après les disputes et les accusations échangées par des élus qui ont pourtant leur poids dans ce groupe, il est devenu clair que Tanger est gérée par des incapables. Des élus qui ont besoin d’être formés dans ce domaine, mais aussi en matière de respect et de civisme qui doivent prôner durant les réunions qu’elles soient publiques ou privées. 

Tanger mérite sincèrement mieux que cette équipe du PJD car après la catastrophe du PAM en la personne de l’ancien maire Fouad El Omari,  la ville doit encore supporter d’autres catastrophes du PJD et elle aura à supporter dans un futur proche celles peut-êtres du RNI ou d’une coalition encore plus fatale. 

La nouvelle métropole va mal à cause de ses élus communaux qui ont un niveau très bas et ne sont pas faits pour assumer une telle responsabilité. Cela doit changer car la situation est devenue insupportable. Les chamailles entre les élus communaux existent dans toutes les villes du monde, sauf que dans celles qui prétendent devenir réellement des métropoles, ou le sont véritablement,  les disputes existent mais l’essentiel est fait en arrêtant des objectifs réalisables. 

On critique énormément les interventions de la tutelle dans ce qui légalement désigné comme une responsabilité des communes. Finalement, heureusement que la Wilaya est là pour garder un minimum de sérieux. Sinon Tanger finira par sombrer dans les ténèbres de la disgrâce. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *