Home / Tourisme / Déboires et mensonges dans la gestion du CRT: Et ça continue encore et encore… !

Déboires et mensonges dans la gestion du CRT: Et ça continue encore et encore… !

Mustapha Boucetta n’a pu supporter de voir ses actions critiquées sur les pages de ce journal. Il a vite pensé qu’il s’agit d’un coup monté pour détruire sa réputation (!!!). Et bien sûr, vu les relations tendues avec plusieurs professionnels du secteur, il est allé raconter à tout le monde que ce sont ces derniers qui sont à l’origine de l’article de la Harira. Comme d’habitude, il se trompe totalement, car la majorité absolue des opérateurs touristiques de la ville ont bien d’autres chats à fouetter que de perdre leur temps  à le critiquer.

Les déboires du CRT ne se limitent pas aux inutiles invitations à sa Harira, ni aux réactions de son président. Malheureusement, elles les dépassent à plusieurs niveaux. Le Wali a en effet de quoi être en colère, surtout que c’est à sa porte que les membres du Conseil frappent à chaque fois pour demander son intervention auprès des bailleurs de fonds afin d’obtenir plus d’aides. La vraie question est de savoir pourquoi cet argent du contribuable est très mal géré, à la n’importe quoi et n’importe comment. Petits exemples pour rappel:

Parmi les points qui avaient ébranlé Mohamed el Yacoubi lors de sa récente rencontre avec des membres du CRT, ce choix des destinations faciles choisies par le CRT pour prouver qu’il est de plus en plus dynamique en prenant part aux plus importantes foires et semaines touristiques célébrées ici et là. En effet, faire la promo du produit touristique de Tanger et de sa région à Londres ou à Moscou n’a absolument rien à voir avec le fait de participer à la petite fête de Torremolinos. Comme tous les professionnels du secteur, qui s’attendaient à une nouvelle gestion et de nouvelles idées après la réélection de Boucetta pour la quatrième et dernière fois, il est légitime que Mohamed El Yacoubi ne cache plus son étonnement en constatant à quel point les horizons et les idées du CRT sont si limités. 

Autre référence de l’absence complète d’un savoir-faire désormais nécessaire pour bien gérer les affaires d’un organisme d’une telle importance. Au sein du CRT, il est toujours une fierté de rappeler le soutien inconditionnel à l’organisation de manifestations culturelles et sportives qui mettent en valeur l’image de marque de Tanger et de sa région sur le plan touristique, et attirent par conséquent plus de  touristes vers les principales destinations de la région. Ces soutiens financiers soustrais d’un budget, déjà maigre et très difficile à avoir, sont toujours soulignés à l’heure de la présentation en assemblée générale du rapport moral et financier du CRT. Il s’agit comme d’une fierté particulière. Un acte qui semble être héroïque, mais qui ne l’est pas du tout. M. Boucetta est incapable de publier des statistiques concernant l’arrivée des touristes pour assister aux manifestations sportives, culturelles ou artistiques que le CRT a subventionné en versant plusieurs milliers de DH qui auraient dû être utilisés avec plus d’intelligence. 

L’exemple du défilé de mode Caftanos est trop flagrant. Tout le monde sait que l’événement est suivi en général par une assistance presque 100% féminine locale et que depuis sa création, il y a quelques années, il n’a jamais intéressé les touristes étrangers. Les seuls étrangers qui y participent sont des modélistes arabes invités par le manager du défilé. Bref, Caftanos mérite d’être soutenu et sponsorisé, mais pas par le CRT. Le Conseil ferait mieux de penser ses propres projets événementiels pour attirer réellement les touristes vers la région. Sauf qu’à lui tout seul, le directeur Abdelghani Ragala, même étant cohérent et très professionnel, n’arrivera jamais à se projeter dans ce sens. L’idée de doter la direction du CRT de nouveaux cadres dynamiques et jeunes surtout pourrait très certainement donner des ailes au conseil. Nonobstant,  un nouveau sang nécessite des veines saines pour bien circuler et donner la force au corps très malade qu’est cet organisme.

Un autre point a également fait réagir certains professionnels quand ils ont lu le dernier plan d’action 2018 du CRT. Il s’agit des guides touristiques. Ces derniers et selon ce plan, bénéficient durant cette année d’une formation financée par le conseil. Contacté à ce propos, le président de l’association des guides a entièrement nié cette information, indiquant que cette formation existe depuis l’année 2017 suite à une convention signée avec l’ISITT et est entièrement financée par l’association. « Le CRT est out« , confirme la même source. «Nous sommes déjà en juin 2018 et nous n’avons jamais été contactés pour bénéficier d’une quelconque formation», ajoute-t-elle encore. 

Plusieurs autres déboires du conseil régional de Tourisme, dans son actuelle version, rendent légitime sa possible dissolution. L’idée germe et si rien ne change elle sera sûrement prise par la tutelle.

                                           A suivre…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *