Home / Société / Crèche des enfants abandonnés: Les enfants abandonnés en situation d’handicap auront aussi leur centre

Crèche des enfants abandonnés: Les enfants abandonnés en situation d’handicap auront aussi leur centre

La conversion de l’actuel siège de la Crèche des enfants abandonnés de Tanger en un centre pour les enfants abandonnés en situation d’handicap est l’un des objectifs tracés par la présidente de l’association qui gère les affaires de ce centre. Khadija Bouabaidi y travaille très sérieusement et avec la même force et détermination qui ont caractérisé ses actions pour la construction du nouveau bâtiment qui va bientôt abriter le siège de la crèche.

Entre 1987 et 2018, la Crèche des enfants abandonnés de Tanger a accueilli un total de 1842 bébés et en a fait adopté 1808. Derrière ces chiffres existent des histoires trop belles à raconter, mais aussi des efforts incroyables réalisés chaque jour pour garantir à ces mômes leur dignité et un avenir meilleur.

En parallèle à ce grand projet, Khadija Bouabaidi songe aussi à assurer une vie meilleure à ces enfants abandonnés et souffrant d’un handicap. Ces derniers, doublement victimes, ont eux aussi le droit de vivre dans de meilleures conditions. Et c’est la raison pour laquelle la présidente de la Crèche de Tanger estime normal de réaménager l’actuel centre de la Crèche et de le leur consacrer, sis à l’hôpital Al Kortobi, ce centre est idéal pour assurer à ces enfants la prise en charge dont ils ont besoin.

Et pour cela, il faudra d’abord déménager vers le nouveau centre, superbement aménagé et équipé et avoir les moyens nécessaires pour entamer le réaménagement du centre d’Al Kortobi. Le projet coûtera assez cher, mais rien n’arrêtera Khadija Bouabaidi jusqu’à le concrétiser.

A rappeler que le nouveau siège de la Crèche des enfants abandonnés de Tanger est sincèrement l’un des plus importants projets sociaux de la nouvelle métropole, et il mérite le soutien de tout le monde. Khadija Bouabaidi fait plus qu’un simple effort pour que le sourire ne quitte jamais ces petits visages angéliques, mais l’association a besoin de l’effort de toute la ville. Il s’agit bien des enfants de Tanger et il faut tous les sauver en leur garantissant la meilleure vie et le meilleur avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *