Home / Actualité / Autant en emporte le vent

Autant en emporte le vent

Les anciennes portes de Bab Fahs, les dernières qui existaient encore, ont été enlevées, vendredi dernier et abandonnées du côté des jardins de la Mendoubia avant de disparaître définitivement. A priori, ces portes devaient être remises en état et gardées là où elles étaient depuis toujours. Mais cela n’a pas été le cas et, pire encore, au lieu d’être exposées dans un musée comme celui de la Casbah, personne ne sait où elles ont disparu. Vu leur valeur historique, le prix de ces portes est inestimable. Mais la bêtise de nos responsables communaux l’est aussi.

 

On l’avait dit depuis le premier jour, les palmiers du projet Tanger Métropole ne sont pas du genre à être implantés à Tanger, mais plutôt à Rachidia. Et comme le montre cette photo, ces palmiers ont du mal à s’adapter à la nature et au climat de Tanger et la plupart sont dans un état de dégradation avancée. Que faire alors, les remplacer par d’autres arbres, ou implanter d’autres palmiers plus jeunes et qui résistent mieux notamment à l’humidité? Les responsables de ce projet n’ont très certainement aucune réponse à apporter, comme c’est le cas des trottoirs mal aménagés au boulevard Mohamed V et à la place  du 9 avril et qui n’ont pas été refaits malgré le nombre croissant de leurs victimes, les femmes et les enfants tout spécialement.

 

Les affiliés de la CNSS de Tanger ont énormément protesté la grave situation qu’ils ont à affronter à chaque fois qu’ils se dirigent vers cette agence. Le nombre réduit de personnel (1 seule personne) les oblige à attendre plusieurs heures avant d’être servis. Les prestations au sein de cet établissement sont devenues d’une très mauvaise qualité, d’où le ras-le-bol des citoyens. Devant cet état, le directeur de l’agence a été forcé de trouver une solution pour accélérer le rythme du service et améliorer sa qualité, en rajoutant 2 autres personnes derrière les guichets. Action définitive ou juste le temps de clamer la foule?

 

On se souvient tous quand l’été dernier la fondation Tanger-Med avait installé une bibliothèque de plage à Dalia. Le projet a été très apprécié par tout le monde. Tout récemment, la Fondation a décidé d’offrir tous les livres de la même bibliothèque aux écoles et bibliothèques de la commune Fahs Anjra. La fondation Tanger-Med souhaite à travers ce geste faire aimer la lecture aux enfants. Un très beau geste qui mérite d’être encouragé, avec l’espoir de le voir reproduit dans d’autres communes rurales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *