Home / Actualité / Autant en emporte le vent

Autant en emporte le vent

La belle plage de Tanger mérite une meilleure protection, même durant l’hiver. Alors qu’elle présente l’une des meilleures vues panoramiques sur le détroit de Gibraltar, cette baie où à été aménagée une belle corniche qui a coûté des millions de DH,  souffre d’un terrible abandon de la part des autorités communales. Les marées hautes de cette saison de l’automne ont accentué le rejet de déchets,  en général des bouteilles de plastique, dont les effets sont très néfastes pour l’environnement. Malgré cette situation désolante, les départements de tutelle paraissent n’en donner aucune importance. Ce décor est pourtant l’image que gardent en général les touristes et les populations locales en se promenant sur la corniche de Tanger où à la nouvelle Marina. Hchouma !

 

Le gardien responsable de la sécurité du futur dépôt des ordures et des déchets et de sa protection n’a pas touché son salaire depuis plusieurs mois. Pourtant il n’a jamais renoncé à assurer la protection de cet espace en rendant difficile l’accès aux voleurs, il protège tout seul des machines et du matériel qui coûtent plusieurs millions de DH. Plusieurs voix se sont élevées durant ces derniers jours pour défendre ce pauvre homme abandonné par le département qui l’a embauché et abandonné sans salaire. Tanger est une ville très mal gérée et cela fait des victimes un peu partout.

 

l’instar du théâtre Cervantés et de la place des arènes de Tanger, entre autres bâtiments historiques abandonnés, le bâtiment du cinéma Alcázar tombe en ruine depuis plusieurs décennies sans que personne ne réagisse. La société civile ne trouve plus les moyens pour convaincre les autorités de la ville de l’importance de protéger le peu de bâtiments qui racontent la belle époque de la nouvelle métropole.  Ce silence et cet abandon ne peuvent s’expliquer que par une complicité qui n’est plus un secret et dont l’objectif est d’effacer tout indice rappelant le Tanger international.  Dommage que personne ne veut arrêter ce massacre!

 

Le cinéaste Tangérois Jillali Ferhati était  la star du Festival International du Film de Marrakech, dans la soirée du 5 décembre. Accueilli au Palais des Congrès avec beaucoup  d’émotion et de fierté, l’artiste a exprimé sa haute considération à S.M. le Roi Mohammed VI pour l’inconditionnel soutien du Souverain au cinéma national. Jilali Ferhati a aussi remercié son public pour son amour et son soutien. La longue et riche carrière cinématographique  de Jilali Ferhati était, le temps d’une soirée, mise sous les lumières. Le grand cinéaste Tangérois était ému de recevoir la prestigieuse Etoile d’Or du Festival. Une distinction aussi offerte lors de cette 17ème édition à Robert De Niro et Agnès Varda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *