Home / Actualité / Assemblée générale élective de la CGEM-Nord: La candidature d’El Mooatamid Abbad Andaloussi & Mohammed Chaoui

Assemblée générale élective de la CGEM-Nord: La candidature d’El Mooatamid Abbad Andaloussi & Mohammed Chaoui

«Une Vision pour une région pleine d’ambitions»

 

Les opérateurs économiques de la zone Nord, membres de la CGEM, attendent avec impatience la tenue de l’assemblée générale élective de cet organisme professionnel qui aura lieu le 6 décembre prochain pour élire  le nouveau binôme qui va gérer ses affaires.

Deux candidatures sont officiellement annoncées. Il s’agit du binôme constitué par El Mooatamid Abbad Andaloussi/ Mohammed Chaoui et de celui constitué par Adil Rais/ Chaabia Balbzioui Alaoui.

Dans ce premier article, La Dépêche présente les objectifs défendus par le binôme El Mooatamid Abbad Andaloussi/ Mohammed Chaoui.

Directeur général de Futur Trans Atlantic (FTA), El Mooatamid Abbad Andaloussi n’est plus à présenter. A 53 ans, ce dynamique entrepreneur possédant plus de 30 ans d’expérience, est membre de la CGEM depuis 2002 et président de l’Union régionale du transport et de la logistique du Nord (URTL-Nord) depuis 2012.

Aujourd’hui, en binôme avec Mohammed Chaoui, (48 ans), DG de On Time Trans et trésorier adjoint de l’AMTRI Maroc, El Mooatamid Abbad Andaloussi présente officiellement sa candidature pour la présidence de la CGEM Nord.

L’annonce de cette candidature s’accompagne d’un important aperçu résumant les grandes lignes de ce programme électoral. Le binôme y explique son ambition d’atteindre plusieurs objectifs dont les plus importants sont:

•Une CGEM Tanger Tétouan Al Hoceima plus présente auprès de ses membres et de ses partenaires.

•Une communication permanente et qualitative aux membres.

•Un dialogue continu et soutenu avec les pouvoirs publics de la région et les différentes administrations.

•Une plus grande interaction avec les investisseurs et un accompagnement des projets structurants de la Région.

•Une attention particulière au développement de la qualité de la formation des ressources humaines de la région.

Quelques propositions:

•Institutionnaliser une rencontre périodique Entre la CGEM Tanger Tétouan Al Hoceima et les différentes organisations professionnelles de la région.

•Encadrer et accompagner les entreprises de la région pour bénéficier des différents programmes de mise à niveau financés par des organismes publics et privés:

•Améliorer et faciliter les relations des professionnels et des entreprises avec les représentations diplomatiques de la région surtout en matière de missions économiques.

•Etablir un partenariat stratégique avec:

-La Chambre de Commerce, d’Industrie et de Services de la Région CCISTTA;

-La Chambre de Commerce Espagnole;

– La Chambre Française de Commerce et d’Industrie;

– La Chambre de Commerce Belgo-Luxembourgoise;

• Impulser une nouvelle dynamique au Comité Régional du Climat des Affaires de la région (CREA) Tanger Tétouan Al Hoceima.

•Etablir un contrat programme entre la CGEM Région et les différents partenaires publics et privés pour assurer la convergence et la mise en œuvre des différentes stratégies sectorielles nationales au niveau régional.

• Participer plus activement à la gouvernance du système de la Formation au niveau de la région pour assurer l’adéquation entre la formation et l’emploi.

•Inciter à la promotion à l’international des entreprises de la région à travers la création d’une agence régionale à l’exportation pour faire le Marketing territorial de la région.

Mettant plus en exergue sa candidature, El Mooatamid Abbad Andaloussi déclare qu’il s’agit d’abord «d’une conviction qu’aujourd’hui les organisations professionnelles en général et la CGEM en particulier, sont devenues des acteurs incontournables dans la gestion de la chose publique et privée de la sphère économique et sociale. Cet acquis important au niveau de la gouvernance participative de notre pays, doit pouvoir aujourd’hui être porté par des femmes et des hommes qui y croient non plus au niveau du discours, mais aussi au niveau de sa mise en œuvre».

Et d’ajouter que «notre région qui a bénéficié d’un effort d’investissement important de l’Etat, doit pouvoir aujourd’hui capitaliser sur ce développement pour préparer un nouveau cycle de croissance, basé également et surtout sur les différentes énergies de ses entrepreneurs, sa jeunesse et ses forces vives à travers la création de richesses intrinsèques».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *